Forme et symbolisme dans l’art indien
Art forme couleurs

Forme et symbolisme dans l’art indien

Le symbolisme architectural désignant une façon spécifique de représenter les formes constitue une composante importante dans la tradition indienne.

Impératif de faire des représentations fidèles !

La création artistique est profondément ritualisée en Inde. L’idée de s’éloigner des formes telles qu’elles existent à l’état naturel ou dans les cosmogonies admises par la majorité des autorités chargées d’administrer les cultes n’est pas envisageable.

L’art indien ayant pour but de relier le visible avec l’invisible, modifier la forme d’une entité, c’est un peu comme rajouter des chiffres dans un numéro de téléphone. Le résultat sera l’impossibilité de contacter l’abonné.

Modifier une forme, c’est installer le chaos dans l’harmonie universelle. C’est un acte grave dans l’art indien qui n’a pas pour vocation de réaliser des œuvres dont la fonction est d’être (uniquement) belles.

Il faut aussi noter que la transmission des directives relatives à la forme dans la représentation des entités et des objets sont plus souvent transmises oralement et exceptionnellement par écrit.

De l’importance des formes par rapport au lieu d’implantation de l’oeuvre

Les formes des lieux où doivent être placées les œuvres sont un point important à considérer. Cela en dehors du respect des formes des entités le plus souvent sacrées devant être évoquées ou invoquées respectivement si les prêtres se placent sous leur protection ou réclament leur apparition.

Par exemple, une oeuvre censée représenter une entité solaire doit impérativement être exécutée sur de l’or. S’il est totalement impossible de trouver ce métal précieux, alors il peut être admis de réaliser l’oeuvre sur un métal dont la texture est la plus proche possible de celle de l’or.

Autre exemple : si une entité est une divinité centrale, importante, la statue la représentant ne devrait pas être placée dans le fond d’une cuvette, mais bien au sommet d’une butte, d’une colline ou carrément d’une montagne.

Autrement dit, dans l’art indien, la forme « sort » littéralement de l’oeuvre pour s’appliquer au support devant recevoir la sculpture ou le tableau.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *