L’art vidéo
Singularités artistiques

L’art vidéo

Le concept d’art vidéo est évoqué dans les années 1960. Il se manifeste après la rencontre et l’échange entre des artistes issus de plusieurs courants d’expression : les plasticiens, les ingénieurs, des travailleurs des médias. Des initiatives allant dans le sens de l’émergence de l’art vidéo apparaissent vers 1950. Mais, c’est 13 ans plus tard que ce courant artistique est officiellement considéré comme étant né.

Fondateur et naissance de l’art vidéo

Le Coréen Nam June Paik est reconnu comme l’inventeur de l’art vidéo. Il a présenté en 1963 une exposition dans la Galerie Parnass. Son œuvre : treize écrans de télévision affichant des images présentant distendues grâce à l’ajout d’une fréquence sonore.

L’art vidéo est souvent considéré comme une réelle nouveauté dans l’expression artistique au XXe siècle.

Vers les années 1970, l’art vidéo est plus souvent évoqué pour mettre en lumière l’art en tant que création de l’esprit humain et la technique. Ces deux éléments parviendront-ils à demeurer distincts, chacun apportant sa sève pour produire des fruits communs ou la technologie sera domptée, asservie et finira par (re)devenir un laquais au pied du trône de l’art ? Cette question n’est toujours pas tranchée en cette année 2019.

Technologie et art

La télévision, la vidéo ont produit dans nos sociétés une passion, une espèce de narcissisme et d’amour de son propre reflet.

Effectuer un travail sur l’image, c’est aussi essayer ou carrément réussir à démolir la vision standardisée du réel que semblent nous renvoyer les médias.

Au début de ce mouvement sur la déconstruction et la reconstruction de l’image, le travail des artistes consistait aussi à montrer le nombre élevé d’intermédiaires entre la prise de vue et la diffusion des images. Aujourd’hui les cassettes d’enregistrement ont quasiment toutes disparu.

Un des questionnements artistiques de l’époque pouvait être résumé comme suit : « que se passe-t-il si la restitution de l’image par la bobine (cassette) enregistreuse n’est pas fidèle ?

Quelques œuvres majeurs en vidéo

Le Français Maurice Benayoun a été un des leaders dans le domaine de la création artistique numérique. Dès 1991, il a conçu une oeuvre baptisée « Les Quarxs ». Cette série d’animation co-signée par son compatriote illustrateur Schuiten fut diffusée sur la principale chaîne cryptée française.

62 écrans ! C’est ce qu’il faudra à l’artiste Pipilotti Rist pour diffuser en janvier 2016, une vidéo intitulée « Open My Glade ». Cela se fera dans un lieu légendaire : le Time Square.

Cette oeuvre va proposer une relecture et en un sens, une reconstruction du physique féminin. De nombreuses pistes de (re)découverte de ce qui est si souvent utilisé et présenté par la publicité permettra de satisfaire les femmes en leur montrant une image à la fois plus proche du physique de la majorité des dames et éloignées des clichés.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *